Correspondance entre Virginie Savard et virginie fauve : héritage et survie
Groupe Nota bene presents

Correspondance entre Virginie Savard et virginie fauve : héritage et survie

In-person Event
November 14th 2022
5:30 pm – 7:30 pm

1376 rue Ontario Est, Montréal, QC, Canada
For more information about this event, please contact Groupe Nota bene at infogroupenb@gmail.com.

Buy Tickets

Dans le cadre du Salon dans la ville (Salon du livre de Montréal), les éditions Triptyque et Le Lézard amoureux ont le plaisir de vous inviter à une correspondance entre Virginie Savard et virginie fauve : une lecture en alternance d'extraits tirés des recueils LES DEUILS TRANSPARENTS et LA POUSSIÈRE NOUS CERNE PARCE QU'ELLE NOUS RESSEMBLE. Il s'agit d'une correspondance poétique pour aborder des thématiques communes telles que la notion d’héritage en littérature, la survie et l’impact des réminiscences dans le travail poétique. Une rencontre émouvante entre deux poètes.

*

Merci à La Livrerie de nous accueillir le 14 novembre!

Le déroulement de la soirée :

- 17h30 : Début de l'événement;

- 18h : Performance.

*

LES DEUILS TRANSPARENTS de Virginie Savard

Avec ce livre, Virginie Savard honore, dans tous les espace-temps et à toutes les échelles, les morts quotidiennes qui passent inaperçues : celles des insectes et des étoiles, des animaux égarés et des espèces disparues, des plantes négligées et des gens qu’on ne croise plus, des versions de nous que nous avons abandonnées ou qui n’ont simplement jamais existé. En nous invitant à faire l’expérience de deuils fantômes et de pertes irréversibles, l’autrice nous encourage à regarder avec tendresse la fragilité de tout ce qui vit et qui, condamné par le passé, laisse des traces de doigts sur nos cœurs. En célébrant ce qui périt, Les deuils transparents rend hommage à notre survie.

*

LA POUSSIÈRE NOUS CERNE PARCE QU'ELLE NOUS RESSEMBLE de virginie fauve

À travers une approche tantôt plus narrative, tantôt plus dépouillée, la poète virginie fauve questionne ses assises. Tant féministes qu’identitaires, celles-ci teintent sa position ambiguë d’autrice confrontée à son héritage littéraire et à ses propres limites énonciatives.

Divisé en trois parties (« que répondre sans arracher ta bouche des mots »; « il faut renverser la toponymie avant qu’elle nous efface du paysage » et « rien de plus qu’une grande fatigue »), la poussière nous cerne parce qu’elle nous ressemble défile les multiples référents qui constituent la poète, mais qu’elle choisit de rejouer, de détourner, de réécrire.

virginie fauve cherche ainsi à comprendre et à investir une histoire qui l’inscrit en faux, afin de la démentir sans pourtant la renier.

Checking availabilities...

Dans le cadre du Salon dans la ville (Salon du livre de Montréal), les éditions Triptyque et Le Lézard amoureux ont le plaisir de vous inviter à une correspondance entre Virginie Savard et virginie fauve : une lecture en alternance d'extraits tirés des recueils LES DEUILS TRANSPARENTS et LA POUSSIÈRE NOUS CERNE PARCE QU'ELLE NOUS RESSEMBLE. Il s'agit d'une correspondance poétique pour aborder des thématiques communes telles que la notion d’héritage en littérature, la survie et l’impact des réminiscences dans le travail poétique. Une rencontre émouvante entre deux poètes.

*

Merci à La Livrerie de nous accueillir le 14 novembre!

Le déroulement de la soirée :

- 17h30 : Début de l'événement;

- 18h : Performance.

*

LES DEUILS TRANSPARENTS de Virginie Savard

Avec ce livre, Virginie Savard honore, dans tous les espace-temps et à toutes les échelles, les morts quotidiennes qui passent inaperçues : celles des insectes et des étoiles, des animaux égarés et des espèces disparues, des plantes négligées et des gens qu’on ne croise plus, des versions de nous que nous avons abandonnées ou qui n’ont simplement jamais existé. En nous invitant à faire l’expérience de deuils fantômes et de pertes irréversibles, l’autrice nous encourage à regarder avec tendresse la fragilité de tout ce qui vit et qui, condamné par le passé, laisse des traces de doigts sur nos cœurs. En célébrant ce qui périt, Les deuils transparents rend hommage à notre survie.

*

LA POUSSIÈRE NOUS CERNE PARCE QU'ELLE NOUS RESSEMBLE de virginie fauve

À travers une approche tantôt plus narrative, tantôt plus dépouillée, la poète virginie fauve questionne ses assises. Tant féministes qu’identitaires, celles-ci teintent sa position ambiguë d’autrice confrontée à son héritage littéraire et à ses propres limites énonciatives.

Divisé en trois parties (« que répondre sans arracher ta bouche des mots »; « il faut renverser la toponymie avant qu’elle nous efface du paysage » et « rien de plus qu’une grande fatigue »), la poussière nous cerne parce qu’elle nous ressemble défile les multiples référents qui constituent la poète, mais qu’elle choisit de rejouer, de détourner, de réécrire.

virginie fauve cherche ainsi à comprendre et à investir une histoire qui l’inscrit en faux, afin de la démentir sans pourtant la renier.