Pour le meilleur et pour l’armée. Les femmes dans la garnison britannique.
Les Rendez-vous d'histoire de Québec presents

Pour le meilleur et pour l’armée. Les femmes dans la garnison britannique.

In-person Event
August 12th 2022
4:00 pm – 5:00 pm / Doors: 3:45 pm

85 rue Dalhousie, Québec, QC, Canada
For more information about this event, please contact Rendez-vous d'histoire de Québec at communication@rvhqc.com.

Buy Tickets

À la suite de la signature du Traité de Paris en 1763, la ville de Québec devient officiellement l’une des principales villes de garnison de l’armée britannique en Amérique du Nord. La garnison n’est toutefois par un univers entièrement masculin puisque plusieurs soldats viennent accompagnés de leur femme et de nombreux autres se marient avec des femmes de la colonie au cours de leur séjour à Québec. Qui étaient donc ces femmes ayant épousé un redcoat? Quel était leur rôle dans le quotidien de la garnison? Comment ces femmes ont-elles contribué à tisser des liens entre les populations civile et militaire de la ville? En se penchant sur la période 1763-1820, cette conférence va explorer la vie des femmes de la garnison, tant celles des épouses de soldats que de celles des officiers, et ainsi mettre en lumière un pan encore méconnu de l’histoire de la ville de Québec.

Checking availabilities...

À la suite de la signature du Traité de Paris en 1763, la ville de Québec devient officiellement l’une des principales villes de garnison de l’armée britannique en Amérique du Nord. La garnison n’est toutefois par un univers entièrement masculin puisque plusieurs soldats viennent accompagnés de leur femme et de nombreux autres se marient avec des femmes de la colonie au cours de leur séjour à Québec. Qui étaient donc ces femmes ayant épousé un redcoat? Quel était leur rôle dans le quotidien de la garnison? Comment ces femmes ont-elles contribué à tisser des liens entre les populations civile et militaire de la ville? En se penchant sur la période 1763-1820, cette conférence va explorer la vie des femmes de la garnison, tant celles des épouses de soldats que de celles des officiers, et ainsi mettre en lumière un pan encore méconnu de l’histoire de la ville de Québec.