The Square
Cinéma Le Clap présente

The Square

14 décembre 2017
18h50 – 21h15 / Entrée: 18h20

2360, chemin Sainte-Foy, Centre Innovation, Québec, QC, Canada
Pour plus d'information à propos de cet événement, veuillez contacter Cinéma Le Clap Sainte-Foy à info@clap.ca.

Achat de billets

Festival de Cannes 2017 – Palme d’or
THE SQUARE
Un film de Ruben Östlund · Du même réalisateur: Force majeure

Suède · Allemagne · Danemark · France

Générique: Suède · Allemagne · Danemark · France. 2017. 145 min (V.O.S.-T.F.). Comédie dramatique écrite et réalisée par Ruben Östlund. Int.: Claes Bang, Elisabeth Moss, Christopher Laesso, Dominic West.

Synopsis: Christian, conservateur respecté et dévoué au sein d’un musée d’art contemporain de Stockholm, est un homme ouvert sur le monde qui n’hésite pas à mettre de l’avant ses valeurs écologiques et humanistes, comme en témoigne sa nouvelle exposition autour d’une installation altruiste et minimaliste intitulée The Square. Mais lorsqu’il devient la victime de malfrats qui lui volent téléphone et portefeuille, Christian change peu à peu son comportement, en même temps qu’il voit la campagne publicitaire autour de son exposition créer un émoi médiatique qu’il n’attendait et ne souhaitait surtout pas.

Notes: Palme d’or de la toute dernière édition du Festival de Cannes, THE SQUARE reprend là où l’opus précédent du réalisateur suédois Ruben Östlund, Force majeure, nous avait laissés. Multipliant les malaises, l’histoire s’amuse à ausculter les travers de la haute bourgeoisie sur fond de capitalisme et d’intolérance crasse. Östlund accomplit un travail de véritable chef d’orchestre narratif en mettant en place un dispositif rodé au quart de tour qui sert à dépeindre la société contemporaine, et ce, autour du milieu culturel et de l’élite qui le fréquente. Le mécénat, les soirées de financement guindées, les performances artistiques outrancières, les installations d’art actuel engagées mais hermétiques, le langage muséal autoréférencé, tout y passe. Puis lorsque la situation manque de déraper au son d’une pièce musicale du groupe Justice, le maestro scandinave fait dire à son personnage principal et à son sbire : « On va se faire justice dans une Tesla! » Et si, au fil du récit, on voit se façonner une peinture acide de la société occidentale, il faut aussi admettre que chacun des personnages mis en scène dans THE SQUARE demeure attachant et crédible. C’est dire à quel point la direction d’acteur est précise et efficace, et le scénario, habilement construit, rendant plus que digeste ce buffet pamphlétaire. De ces acteurs, le meilleur est tiré, à commencer par Claes Bang, d’une justesse rare dans le rôle du conservateur passionné, père de famille divorcé, séducteur invétéré et victime outré d’un vol à la tire. Plus effacée, Elisabeth Moss (Handmaid’s Tale, Mad Men) est sublime en journaliste aussi intriguée par Christian que charmée malgré elle par sa prestance. Bref, on ne peut que souscrire à cette prestigieuse récompense reçue à Cannes cette année et affirmer que THE SQUARE est un film accompli et maîtrisé. Pour le reste, il faut être vacciné contre les malaises provoqués par moult scènes du long métrage. Et si c’est le cas, les fous rires étouffés seront nombreux. (P.B.)
« THE SQUARE est un film qui bouscule et déstabilise, sur la condition de l’homme et sa difficulté à s’élever au-dessus des autres mammifères. »
(M. Cassivi, La Presse)

Vérification des disponibilités en cours... Vérification des disponibilités en cours...

Festival de Cannes 2017 – Palme d’or
THE SQUARE
Un film de Ruben Östlund · Du même réalisateur: Force majeure

Suède · Allemagne · Danemark · France

Générique: Suède · Allemagne · Danemark · France. 2017. 145 min (V.O.S.-T.F.). Comédie dramatique écrite et réalisée par Ruben Östlund. Int.: Claes Bang, Elisabeth Moss, Christopher Laesso, Dominic West.

Synopsis: Christian, conservateur respecté et dévoué au sein d’un musée d’art contemporain de Stockholm, est un homme ouvert sur le monde qui n’hésite pas à mettre de l’avant ses valeurs écologiques et humanistes, comme en témoigne sa nouvelle exposition autour d’une installation altruiste et minimaliste intitulée The Square. Mais lorsqu’il devient la victime de malfrats qui lui volent téléphone et portefeuille, Christian change peu à peu son comportement, en même temps qu’il voit la campagne publicitaire autour de son exposition créer un émoi médiatique qu’il n’attendait et ne souhaitait surtout pas.

Notes: Palme d’or de la toute dernière édition du Festival de Cannes, THE SQUARE reprend là où l’opus précédent du réalisateur suédois Ruben Östlund, Force majeure, nous avait laissés. Multipliant les malaises, l’histoire s’amuse à ausculter les travers de la haute bourgeoisie sur fond de capitalisme et d’intolérance crasse. Östlund accomplit un travail de véritable chef d’orchestre narratif en mettant en place un dispositif rodé au quart de tour qui sert à dépeindre la société contemporaine, et ce, autour du milieu culturel et de l’élite qui le fréquente. Le mécénat, les soirées de financement guindées, les performances artistiques outrancières, les installations d’art actuel engagées mais hermétiques, le langage muséal autoréférencé, tout y passe. Puis lorsque la situation manque de déraper au son d’une pièce musicale du groupe Justice, le maestro scandinave fait dire à son personnage principal et à son sbire : « On va se faire justice dans une Tesla! » Et si, au fil du récit, on voit se façonner une peinture acide de la société occidentale, il faut aussi admettre que chacun des personnages mis en scène dans THE SQUARE demeure attachant et crédible. C’est dire à quel point la direction d’acteur est précise et efficace, et le scénario, habilement construit, rendant plus que digeste ce buffet pamphlétaire. De ces acteurs, le meilleur est tiré, à commencer par Claes Bang, d’une justesse rare dans le rôle du conservateur passionné, père de famille divorcé, séducteur invétéré et victime outré d’un vol à la tire. Plus effacée, Elisabeth Moss (Handmaid’s Tale, Mad Men) est sublime en journaliste aussi intriguée par Christian que charmée malgré elle par sa prestance. Bref, on ne peut que souscrire à cette prestigieuse récompense reçue à Cannes cette année et affirmer que THE SQUARE est un film accompli et maîtrisé. Pour le reste, il faut être vacciné contre les malaises provoqués par moult scènes du long métrage. Et si c’est le cas, les fous rires étouffés seront nombreux. (P.B.)
« THE SQUARE est un film qui bouscule et déstabilise, sur la condition de l’homme et sa difficulté à s’élever au-dessus des autres mammifères. »
(M. Cassivi, La Presse)

Événements à venir